Les 7 mauvaises habitudes qu’ont tous les gens malheureux chroniques !

le

Les 7 mauvaises habitudes qu’ont tous les gens malheureux chroniques ! La 5 peut aller très loin !

‘être humains qui vivent sur Terre, un bon nombre d’entre eux sont véritablement heureux mais qu’en est-il des autres ? La différence entre une vie heureuse et malheureuse, c’est le nombre d’aller-retours que nous faisons entre les deux et le temps que nous restons au plus bas. 

Dans un article de Psychology Today, la scientifique Sonja Lyubomirsky de l’Université de Californie affirme : « nous sommes en mesure d’agir sur 40 pour cent de notre capacité au bonheur »

Si c’est vrai et que nous pouvons avoir effectivement une telle influence, alors il y a de l’espoir pour chacun de nous.

Ceci étant dit, voici 7 caractéristiques des gens qui sont malheureux de manière chronique.

1. Par défaut, vous considérez que la vie est dure.

Les gens heureux savent que la vie peut être dure, et ont tendance à traverser les moments difficiles sur un mode de curiosité plus que de victimisation. Lorsqu’ils se retrouvent en mauvaise posture, ils en assument la responsabilité et concentrent leurs efforts sur comment s’en sortir au plus vite.

Persévérer sur la résolution des problèmes plutôt que se plaindre des circonstances, c’est un des symptômes qui caractérisent les personnes heureuses. Les gens malheureux se voient comme des victimes de la vie et restent coincés dans une attitude de « regardez ce qui m’arrive ! », au lieu de chercher une issue.

2. Vous êtes persuadé qu’il est impossible de faire confiance aux autres.

Certes, je suis d’accord qu’il est toujours bon de faire preuve de discernement. Cependant, la plupart des gens heureux ont tendance à faire confiance à leur prochain. Ils partent du principe qu’il y a du bon en chacun de nous, plutôt que de croire que tout le monde est contre eux. Naturellement ouverts et amicaux à l’égard des gens qu’ils rencontrent, les gens heureux font naître un sentiment de communauté autour d’eux et vont au-devant des nouvelles têtes avec un esprit ouvert.

Les gens malheureux se méfient de la plupart des gens qu’ils rencontrent, et considèrent qu’il est impossible de faire confiance à un étranger. Hélas, cette attitude les coupe lentement des autres, en dehors d’un petit cercle restreint. Et leurs chances de faire de nouvelles connaissances en souffrent d’autant.

3. Vous vous focalisez sur ce qui va mal dans le monde et ignorez ce qui va bien.

Ce monde ne manque pas de choses qui vont mal, je ne conteste pas ce point, mais les gens malheureux ferment les yeux sur tout ce qui va bien pour ne se focaliser que sur le mal, uniquement. On les repère à des kilomètres : ce sont ceux qui passent leur temps à se plaindre et répondent à tout commentaire positif par un « oui, mais ».

Les gens heureux sont conscients des problèmes mondiaux, mais les contrebalancent en regardant aussi les aspects positifs. C’est ce que j’appelle « garder ses deux yeux ouverts ». Les gens malheureux ont tendance à ignorer volontairement tout ce qui va bien dans ce monde, de peur que cela ne les distraie de ce qui va mal. Les gens heureux mettent les choses en perspective. Ils savent qu’il y a des problèmes dans le monde mais garde également un œil sur ce qui va bien.

4. Vous vous comparez aux autres et en nourrissez de la jalousie.

Les gens malheureux sont persuadés que la réussite des autres se fait au détriment de la leur. Ils estiment qu’il n’y a pas suffisamment de bonnes choses pour tous, et comparent constamment ce qui vous arrive par rapport à ce qui leur arrive. Ceci fait naître à la jalousie et le ressentiment.

Les gens heureux savent que la bonne fortune et les circonstances ne font que refléter ce qu’eux-mêmes s’efforcent de réaliser. Les gens heureux pensent être des modèles uniques, qui ne peuvent pas être dupliqués ou appropriés par qui que ce soit sur la planète. Ils croient aux possibilités illimitées et ne s’enlisent pas dans l’idée que le destin va limiter leur chemin dans la vie.

5. Vous cherchez à tout contrôler dans votre vie.

Il y a une différence fondamentale entre avoir le contrôle, et s’efforcer d’atteindre ses objectifs. Tous les jours, les gens heureux font de leur mieux pour tenter d’atteindre les buts qu’ils se sont fixés. Mais au final, ils sont conscients de n’avoir que très peu de contrôle sur ce que la vie leur donne en retour.

Les gens malheureux ont tendance à vouloir maîtriser chaque petit aspect de leur vie et s’effondrent de façon dramatique lorsque la vie contrecarre leurs plans. Les gens heureux sont tout aussi capables de planifier en détail, mais ils ne tombent pas en morceaux dès que la vie dresse un imprévu sur leur chemin.

La bonne réponse, ici, c’est de se concentrer sur ses objectifs tout en se gardant une marge de manœuvre, au cas où une tuile arriverait – ce qui se passera fatalement tôt ou tard. Se laisser porter par le courant, c’est le plan B que les gens heureux gardent dans leur manche.

6. Vous envisagez l’avenir avec crainte et inquiétude.

Il n’y a pas tant d’espace disponible que ça entre nos deux oreilles. Les gens malheureux le comblent avec tout ce qui pourrait aller mal plutôt qu’avec tout ce qui pourrait aller bien.

À l’inverse, les gens heureux s’autorisent une dose salutaire d’illusions et se permettent de rêvasser à ce qu’ils aimeraient vivre. Les gens malheureux ne remplissent cet espace dans leur tête qu’avec des peurs et des inquiétudes perpétuelles.

Les gens heureux aussi connaissent la peur et l’inquiétude, mais ils font une distinction importante entre ressentir et vivre ces sentiments. Quand ils traversent l’esprit d’une personne heureuse, celle-ci va se demander ce qui peut être fait pour éviter que cette peur ou cette inquiétude ne se produise (et nous en revenons à la question de la responsabilité), avant de mettre ensuite en œuvre ces éventuelles solutions. S’il n’y en a aucune, les gens heureux reconnaissent qu’ils ne font que nager en rond dans leurs propres craintes et les mettent de côté. 

7. Vos conversations ne sont que plaintes et commérages.

Les gens malheureux se plaisent à vivre dans le passé. Tout ce qui a pu leur arriver, et les malheurs de la vie en général, sont leurs sujets de conversation préférés. Quand ils se retrouvent à court de choses à dire, ils s’en prennent alors aux vies des autres et aux commérages.

Les gens heureux vivent dans le présent et rêvent de l’avenir. On peut ressentir tout autour d’eux les ondes positives qu’ils émettent. Ils sont enthousiasmés par ce sur quoi ils sont en train de travailler, ou reconnaissants de ce qu’ils ont, et rêvent des possibilités que la vie leur offre.

Évidemment, personne n’est parfait. Ça arrive à tout le monde de se laisser flotter dans des eaux sombres de temps à autre, mais l’important c’est combien de temps nous allons y rester et à quelle vitesse nous allons nous décider à nous en sortir. Toutes ces petites habitudes positives quotidiennes, voilà ce qui sépare les gens heureux des gens malheureux. Ce n’est pas d’être parfait en tout.

Marcher, tomber, se relever, recommencer. C’est sur ce dernier point que se situe toute la différence.

Sources: huffingtonpost

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s